Lbm gamescompsd2 870x200

Chroniques du LBM à la GC : Jour 2

Nous y sommes. Cysar, Waldolf, Reegar, Myalesca, Shun et Bco sont actuellement à la Gamescom et il ne manque qu'un seul élément pour enjoliver davantage la scène : ArenaNet.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, nous avons testé pour vous un grand nombre de jeux (et emporté beaucoup de goodies au passage). Au menu du jour 2 : Square Enix, Call of Duty, Injustice 2, Overwatch et autre titres de Blizzard.

Jour 2 : Jeudi

Square Enix:

Mya et Waldolf se sont jetés dans les files d'attente des jeux présents sur le stand de Square Enix. Pour plus de détails sur cette matinée passée à tester entre autre Final Fantasy XV et Deus Ex: Mankind Divided, nous vous invitons à lire cette page-ci (qui sera publiée au plus vite).

Call of Duty : Modern zombie infinite warfare wtf

Petite excursion du côté de Call of Duty : infinite warfare. Bien que la licence "Call of Duty" ne soit plus à présenter, le dernier opus qui sortira en novembre a fait beaucoup parler de lui sur internet. La bande annonce de Révélation a dépassé très rapidement le million de mentions "Je n'aime pas" et certaines personnes sont allées jusqu'à créer plusieurs comptes youtube simplement pour faire monter le nombre de pouces rouges.

Nous avons voulu tirer cela au clair, Call of Duty est-il aussi passable qu' internet le prétend ?

Réponse : Vous aimez Call of Duty ? En termes de gameplay, les extraits vidéo montrés (la démo était "mains en l'air") Infinite warfare ne se distingue pas de ses prédécesseurs, les fondamentaux sont toujours là. Un accent tout particulier a été mis sur la mise en scène et la narration. La mission qui nous a été montrée avait une ambiance très claustrophobe avec une pointe de thème d'horreur.

Le jeu comportera un mode zombie qui semble tout droit sorti du rêve d'un développeur des années 80 qui ne fume pas que du tabac. Pour vous faire une idée : prenez un parc d'attractions des années 80. Ajoutez des zombies danseurs de disco, des "héros" des années 80 avec des armures loufoques supposément futuristes et vous avez une idée de ce qui vous attend.

Pour Battlefield 1, nous ferons cela demain quand il n'y aura pas de queue.

Injustice 2 :

Injustice 2 est un jeu de combat en 2D qui fait intervenir les héros de DC comics (Batman, Superman etc.). Ce jeu est une suite directe à Injustice : les dieux sont parmi nous qui relate un affrontement entre Superman, dépressif et devenu président dictateur général de la Terre et Batman qui se rebelle contre la tyrannie de Superman. (Note aux cinéphiles : le jeu est bien meilleur que le film Batman vs Superman.).

Injustice 2 s'inscrit dans la droite ligne de son prédécesseur en y incorporant des innovations de Mortal Kombat X mais a fait l'objet d'une prise de risques énorme dans le monde du jeu de combats : les personnages peuvent "loot" de l'équipement après un combat pour augmenter les statistiques et conférer des bonus divers en jeu. C'est un pari très risqué car il faut que le studio rende le système intéressant tout en limitant le Pay2Win et en conservant un équilibrage relatif entre les différents héros.

Un jeu à surveiller de près car son succès (ou son échec) commercial déterminera l'évolution du genre pour la décennie à venir.

Une après-midi sous le signe de Blizzard :

Après avoir avalé un morceau, Wally, Mya et Reegar se sont dirigés vers la zone de Blizzard. Nous avons été accueillis par des oeuvres d'art... et une file d'attente gigantesque. Fort heureusement, chez Blizzard les détenteurs d'un pass presse peuvent couper la file et jouer sans attendre.

Étape n°1 : Overwatch

Overwatch est un jeu de tir à la première personne à mi-chemin entre un Team Fortress 2 (point de vue graphisme et gameplay) et League of Legends (présence de héros aux backgrounds bien développés).

Nous avons joué sur la nouvelle carte de type escorte se déroulant dans une vieille ville dominée par un château. Les joueurs sont répartis en deux équipes, attaque et défense. Les attaquants doivent escorter un chariot transportant une fusée destinée à faire sauter le château. Les défenseurs doivent simplement empêcher les attaquants d'accomplir leur objectif.

Wally a joué "Ange", une soigneuse et a passé l'essentiel de son temps à soigner un autre soigneur victime, il semblerait, de pulsions suicidaires. Mya s'est essayée à Pharah, une combattante égyptienne équipée d'un lance-roquette et d'un jet pack. Quant à Reegar, il a trouvé le personnage destiné aux habitués de Call of Duty : "soldat 76", un vieux de la vieille avec un gros flingue, des grenades, un viseur infrarouge et une seringue magique.

Note de Mya : Je n’ai jamais touché à Overwatch, je ne sais pas pourquoi (en fait si, je ne suis pas adepte du multi-jeu sur une longue durée, j’ai toujours été fidèle à un seul jeu jusqu’au bout !). Dans la première partie, j’ai choisi un personnage au hasard, ne connaissant rien du tout à ce jeu. En testant Pharah j’ai bien vite accroché au gameplay mais également au design du jeu. L’objectif était tout aussi facile à comprendre.

Ensuite, je me suis dit que j’allais changer de personnage pour la seconde partie et je me suis frotté au « Reaper »… Débutante de niveau 0, j’ai bien vite repris Pharah pour ne pas handicaper mon équipe !

 

Étape n°2 : Heartstone

Hearstone est un jeu de cartes virtuel développé par Blizzard et basé sur le monde de Warcraft. Pour cette partie, Wally et Mya ont joué en équipe en mode coopération pour tenter de vaincre un puissant dragon neutre : Nefarian. Nous conservons les bases du jeu en mode 1vs1 : mêmes créatures, même système de mana à la différence qu'entre le tour de chaque joueur, Nefarian peut utiliser de puissantes attaques contre les créatures du champ de bataille ou les joueurs eux-mêmes. Les deux joueurs doivent survivre pour pouvoir remporter la victoire. Si au moins un joueur décède, la partie est perdue.

Heartstone est un jeu très riche qui a fait le bonheur des streamers/youtubeurs mais cette coopération n'a pas été très facile à prendre en main par Wally et Mya qui n'avaient jamais joué ce type de partie qui fait intervenir des mécanismes inconnus du mode affrontement habituellement joué. Le fait que le jeu soit en allemand n'a pas aidé non plus.

Étape 3 : Diablo III

Note de Mya : N’ayant jamais touché à la saga de Diablo, et dans ce cas précis à Diablo III, j’ai été agréablement surprise par la facilité à se jeter dans la peau d’un personnage choisi à la va-vite et de prendre plaisir à me promener dans un donjon avec 3 autres joueurs, enchaînant les groupes d’ennemis les uns après les autres (ou alors, était-ce le canapé super confortable ? ^^).

Malgré le fait d'avoir perdu de vue quelques fois mon personnage qui courait dans un mur alors que mes yeux étaient fixés autre part, j’ai bien vite compris que pour faire évoluer mon personnage, il fallait qu’il gagne de l’expérience pour débloquer des compétences supplémentaires. Un typique hack n’ slash pour grind  le plus d’expérience et de récompenses possibles pour améliorer son personnage.

Pour la démo à laquelle j’ai joué, j’ai trouvé le décor assez simple et sombre, ou je dirais que ce n’est rien d’exceptionnel. Est-ce lié à la démo ? Possible.

Malheureusement pour 20 minutes de jeu, je n’ai pas pu explorer beaucoup du jeu, ce qui est assez dommage.

Note de waldolf : Déjà habitué du jeu sur pc, cette version console ne m'a fait ni chaud ni froid. Remarquons l'impossibilité de choisir un personnage ou de l'équiper sans bloquer le jeu des autres joueurs, l'impossibilité de tranquillement visiter le donjon sans devoir suivre le plus pressé, et ici le fait d'être coupé juste après la cut-scène présentant le boss du donjon. Disons-le simplement, je préfère largement la version pc ! Au moins les fauteuils étaient de loin les plus confortables du salon !

LBM news GW2 Le Bus Magique Guildwars 2 Gamescom Call of Duty Injustice Blizzard Overwatch Diablo Heartstone

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire